Crédit Carbone : Définition et Fonctionnement

Les différents types de crédits carbones, leurs mécanismes d'attribution, les prix du marché : on vous explique tout sur l'un des outils primordiaux de la lutte contre le dérèglement climatique.
Neutralité carbone
X
mn de lecture
Mis à jour le :
1
August
2022
Sommaire

Les scientifiques distinguent deux phénomènes nous permettant d’atteindre nos objectifs climatiques:

1) la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) ;

2) la séquestration de carbone par ce qu’on appelle des “puits de carbone” (forêts, sols, océans, etc.).

Comment encourager ces deux phénomènes? Une des solutions est d’avoir recours à un mécanisme de financement de projets qui permettent d’éviter des émissions ou de séquestrer du carbone: le mécanisme de crédit carbone.

Cet article a été réécrit en collaboration avec notre partenaire Riverse, nouveau standard universel de certification de crédits carbone volontaires, pour permettre aux entreprises d’acheter des crédits carbone directement en lien avec leurs activités, pour une contribution carbone cohérente, qui ait du sens.


1. Crédit carbone: définition

Les porteurs de projets de réduction ou de séquestration d’émissions de GES, lorsque ces projets respectent des critères précis, peuvent se voir délivrer ce que l’on appelle des “crédits carbone”.

Un crédit carbone est une unité équivalente à une tonne de CO2 évitée ou séquestrée. Par exemple, un projet de plantation d’arbres qui permettra de séquestrer 10000 tonnes de CO2 pourrait donner lieu à l’attribution de 10000 crédits carbone s’il respecte les critères nécessaires. Quels sont ces critères ?

2. L’attribution de crédits carbone

Les 5 grands critères, que l’on retrouve dans les différentes méthodologies de certification, sont les suivants :

1. L’additionnalité : le projet n’aurait pas pu être mis en œuvre sans le financement de la vente des crédits carbone. Sans le projet, le scénario dit “de référence” aurait donné lieu à des émissions ou à l’absence de séquestration de carbone. Prenons l’exemple d’un projet de conservation de forêts. Grâce au projet, les arbres continuent à absorber du CO2 alors que cette séquestration cesserait si la forêt était rasée. Le porteur de projet doit montrer que sans l’argent lié à la vente de crédits carbone, la forêt serait coupée.

2. Mesurabilité : il est possible de calculer la quantité de CO2 évitée ou séquestrée sur la base d’une méthodologie reconnue.

3. Vérifiabilité: l’évitement ou la séquestration effective des tonnes de CO2 vendues comme crédits carbone doit pouvoir être vérifiée et comptabilisée tous les ans pour s’assurer (un crédit = une tonne de CO2 évitée). Cette comptabilisation doit être vérifiée par un tiers indépendant et compétent.

4. Permanence : l’évitement ou la séquestration de carbone doit avoir lieu sur la durée (en général minimum 7 ans). Ces critères sont définis précisément dans les différentes méthodologies de certification des projets. En effet, pour qu’on parle de “crédit carbone”, il faut que le projet fasse l’objet d’une certification qui permet de vérifier le respect des critères ci-dessus. Il existe plusieurs organismes de certification ou labels, les deux principaux étant Gold Standard et VCS.

5. L’unicité : l’inscription des crédits carbone relatifs à un projet sur un registre unique est clé pour éviter les doubles comptabilités des crédits carbone.


Ces critères sont définis précisément dans les différentes méthodologies de certification des projets.
En effet, pour qu’on parle de “crédit carbone”, il faut que le projet fasse l’objet d’une certification qui permet de vérifier le respect des critères ci-dessus. Il existe plusieurs organismes de certification ou labels, les deux principaux étant Gold Standard et VCS.

3. Comment vendre un crédit carbone, et à qui ?

Les porteurs de projets peuvent vendre les crédits carbone à des entreprises, des collectivités ou des particuliers qui sont dans une démarche volontaire (voire obligatoire pour le transport aérien par exemple qui l’a imposé pour les vols domestiques via le système CORSIA) de financement de projets vertueux pour le climat. Pour les entreprises, cela fait en général partie d’une stratégie de compensation de leurs émissions (le terme de contribution s’impose désormais par rapport à celui de compensation en France ; en anglais, on parle uniquement d’offsetting).


Les entreprises peuvent acheter des crédits carbone directement auprès des porteurs de projets ou par l’intermédiaire d’entreprises spécialisées possédant un portfolio de crédits carbone, mais n’ayant aucun rôle dans la mise en œuvre des projets.

À noter : il est possible de vendre des tonnes de carbone sans que le projet ne soit certifié. On parle alors de “projets non certifiés” ou de “crédits carbone non certifiés”. À charge pour l’acheteur de vérifier que le projet respecte effectivement les critères nécessaires, notamment celui d’additionnalité.

4. Les différents types de projets

Il existe de nombreux types de projets pouvant donner lieu à l’attribution et à la vente de crédits carbone. Ils se divisent en deux catégories: les projets d’évitement d’émissions et les projets de séquestration de carbone.

Les projets d’évitement peuvent prendre plusieurs formes distinctes :

> Les projets de développement d’énergie renouvelable. C’est le cas par exemple du projet éolien Gandhi dont l’objectif est de réduire la dépendance de l’Inde au charbon.

> Les projets ayant pour objectif une utilisation plus efficace de l’énergie. Il peut s’agir par exemple d’un projet ayant pour objectif l’installation de poêles économes en carburant dans des pays en voie de développement.

> Les projets de substitution soutenant des nouveaux procédés moins carbonés. Il peut s’agir par exemple de projets dans l’économie circulaire, dans le recyclage des déchets, ou encore de reconditionnement.


Les projets de séquestration ont pour objectif une réduction directe de la quantité de CO2 présente dans l’air grâce à la préservation et l’accroissement des “puits de carbone”. La séquestration de carbone est en général naturelle mais elle peut être également industrielle:

> Les projets de séquestration naturelle. En volume, les crédits carbone forestiers sont de loin les plus demandés à l’achat et de très nombreux types de projets existent (conservation, reforestation, etc.).
Mais il n’y a pas que la forêt ! Il existe aussi des projets de séquestration de carbone dans les océans et dans les sols.  

> Les projets de séquestration industrielle. Ils sont pour la plupart encore au stade de la recherche, mais citons tout de même la technologie dite de “Direct air capture”, en phase commerciale depuis peu, qui consiste à capturer du CO2 avec des machines et à le stocker dans la roche.


Les projets mentionnés ci-dessus peuvent être menés aussi bien dans des pays développés que dans des pays en voie de développement. Toutefois, les projets réalisés dans les pays en voie de développement intègrent plus souvent une dimension humanitaire et sociale.

5. Prix des crédits carbone ?

Le prix moyen d’un crédit carbone se situe entre 10€ et 500€ la tonne de CO2. Toutefois, il existe des projets pour lesquels le prix peut être inférieur à 10€, c’est le cas notamment de certains projets d’énergies renouvelables. Entre 30 et 100€, on peut trouver des projets de transformation industrielle ou d’économie circulaire. Supérieur à 100€, cela sera plutôt des projets de capture de CO2 technologies complexes et encore peu matures. En effet, le prix dépendra du type de projet, sa taille, sa localisation, la méthodologie d’implémentation, ainsi que de l’offre et la demande. Soutenir des projets de transformation industrielle dans sa filière peut avoir des coûts plus importants, mais lève des verrous techniques clés pour la transition.

Comme vous pouvez le constater, l’attribution de crédits carbone répond à des critères précis et l’offre de crédits carbone est large et variée. Cela rend le choix des projets souvent difficile pour les entreprises, qui veulent s’assurer d’avoir un réel impact climatique et environnemental. Chez Sami, nous accompagnons justement les entreprises dans leur contribution à la neutralité carbone globale en les assistant dans leur achat de crédits carbone de qualité.

Rappel : l’achat de crédits carbone est un volet très important de la stratégie climat d’une entreprise mais la priorité est toujours de réduire ses propres émissions!

Engagez vous avec Sami
Sami accompagne la stratégie environnementale de votre entreprise
Articles recommandés pour vous
Neutralité carbone
June 28, 2022
Net Zero Initiative: Les 10 principes de votre stratégie climat
Comment savoir si la stratégie climat de votre entreprise est ambitieuse ? Suivez ces 10 principes portés par les professionnels du changement climatique
Empreinte carbone
June 22, 2022
Bilan Carbone Personnel : pourquoi et comment le calculer ? 
Top 3 des outils pour calculer son bilan carbone personnel… Et prioriser les bonnes actions pour réduire son empreinte sur le climat !
Empreinte carbone
June 13, 2022
🏅Coût d’un bilan carbone d’entreprise : comparatif complet
Qui peut réaliser le bilan carbone de votre entreprise et comment faire ? Combien cela peut coûter et comment choisir l'offre qu'il vous faut ? Du prix aux solutions, on vous explique tout !