GHG Protocol : Contenu et différences avec le bilan carbone

Le GHG (GreenHouse Gas) Protocol est l’outil le plus utilisé au monde pour mesurer ses émissions de gaz à effet de serre. Comment ça marche ? Décryptage !
RSE
X
mn de lecture
Mis à jour le :
9
March
2022
Sommaire

Le GHG Protocol est une méthode de calcul et déclaration d’émissions de gaz à effet de serre (GES). C’est l’outil le plus utilisé à l’international ! Comment ça marche ? Quelles sont les spécificités du protocole GES ? Faut-il choisir le GHG Protocol ou le Bilan Carbone ? Décryptage !

1. Le Protocole GHG : qu’est-ce que c’est ?

1.1 Greenhouse Gas Protocol : définition et enjeux

Le Greenhouse Gas Protocol (Protocole gaz à effet de serre) fournit des normes et outils aux acteurs économiques pour mesurer, déclarer et diminuer leurs émissions. 

C’est actuellement la méthode la plus utilisée à l’international… Rien que ça ! 

L’enjeu ? Créer un cadre commun de comptabilité carbone. Ainsi, les reportings extra-financiers sont comparables : on peut identifier les bons élèves des mauvais élèves, mais surtout proposer des outils de mesure et d’action concrets et pertinents. C’est un véritable fil conducteur pour fixer des objectifs de réductions de gaz à effet de serre (GES) et suivre l’évolution des rejets carbone. La finalité ? Lutter contre le changement climatique.

1.2 L’origine de ce cadre, en quelques mots


Le GHG Protocol a été lancé par le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) et le World Resources Institute (WRI) en 2001.

L’association du même nom dispense également des accompagnements et formations aux entreprises et gouvernements. 


2. Comment fonctionne le protocole gaz à effet de serre ?

2.1 6 gaz à effet de serre

Le protocole GHG concerne les émissions de 6 principaux gaz à effet de serre émis par les sociétés humaines. 

  • Le dioxyde de carbone (CO2), émis par la combustion d’énergies fossiles, les activités agricoles, la déforestation et urbanisation, etc.
  • Le méthane (CH4), émis principalement par l’élevage des bovins et ruminants, mais aussi par des fuites lors des processus de méthanisation (création de biogaz grâce aux déchets organiques) ou un compost pas assez aéré. 
  • Hydrofluorocarbure (HFC), émis par les décharges d’ordures, exploitations minières et pétrolières. 
  • Protoxyde d’Azote (N2O), émis principalement par les industries du froid et automobile. 
  • Perfluorocarbure (PFC), émis par les climatiseurs, systèmes de froid et extincteurs.
  • Hexafluorure de Soufre (SF6), émis par l’industrie pharmaceutique. 


2.2 4 grandes étapes

Le protocole GES fournit une méthode permettant un calcul fiable des pollutions carbone. 

  1. Définition du champ d’études : entreprise concernée et activités prises en compte (scopes 1, 2 et 3), gaz à effet de serre inclus dans le calcul, année de référence. 
  2. Calcul des émissions, selon les guidelines du GIEC. On utilise alors les Pouvoirs de Réchauffement Global (PRG) pour calculer des émissions en CO2 équivalent. Le PRG permet de comparer l’impact d’un gaz sur le climat, par rapport à l’impact du CO2, et ainsi d’exprimer les résultats dans une unité commune (CO2e). 
PRG des principaux gaz à effet de serre, ADEME


3. Contrôle de la qualité et fiabilité des résultats, avec le calcul des incertitudes. La vérification par une tierce partie est possible. 

4. Interprétation des résultats, définition d’un objectif de réduction. Éventuellement, réalisation d’un plan d’action.


2.3 3 catégories d’émissions


C’est grâce à ce protocole qu’on distingue 3 scopes dans un bilan carbone.

  • Le scope 1 : les émissions directes, liées à la combustion d’énergies fossiles par l’entreprise.
  • Le scope 2 : les émissions indirectes, liées à l’achat ou la production d’énergie par l’entreprise. 
  • Le scope 3 : toutes les autres émissions indirectes. Ce scope est le plus complexe à calculer, car il demande de remonter l’ensemble de la chaine de valeur, y compris le transport des biens et personnes, les émissions liées aux achats, au numérique, etc. Cela représente, pour de nombreuses entreprises, la plupart de leurs émissions carbone… La précision des résultats, et donc leur utilité, est très variable en fonction du temps accordé par l’entreprise et de l’expertise de la personne ou de l’outil réalisant les calculs  !


3. GHG Protocol ou bilan carbone : lequel choisir ? 

Le Bilan Carbone est un peu l’équivalent français du GHG Protocol. Il a été développé par l’Agence de la Transition Écologique (ADEME) en 2004, soit juste après son homologue international.

3.1 Le bilan carbone, défini par l’ADEME

Le Bilan Carbone® est une méthode de comptabilisation et déclaration d’émissions GES, comprenant également des outils et parcours de formation. 

Cette méthode est la plus utilisée en France. Elle est accessible à tous les acteurs économiques, quel que soit leur niveau de maturité : les outils et recommandations sont déclinés en plusieurs niveaux.


Le bilan carbone met en avant la diminution des émissions de CO2, qui est une étape à part entière du processus. Ainsi, l’ADEME insiste sur l’importance de sensibiliser et impliquer les parties prenantes tout au long du projet. Cela permet de faciliter la mise en place d’actions de réductions… Et leur maintien dans le temps !


Le bilan carbone se déroule en 5 étapes.

  1. Choix du porteur du projet et des objectifs.
  2. Définition du périmètre de calcul (année de référence, émissions prises en compte, activités, etc.).
  3. Collecte des données, calcul des émissions et interprétation. Identification des postes d’émissions les plus importants, en particulier. 
  4. Réalisation d’un plan d’action de réduction, réaliste, ambitieux et pertinent. Les actions sont hiérarchisées selon leur efficacité et faisabilité - afin de prioriser les actions les plus impactantes. 
  5. Synthèse et restitution finale, permettant de formaliser la déclaration des émissions carbone de l’entreprise.

Prenez de réels engagements pour le climat !
Bilan Carbone ou GHG Protocol : avec Sami, faites-vous accompagner selon vos besoins.

3.2 Quelles différences entre le Bilan Carbone et le GHG Protocol ? 

Le bilan carbone se veut plus exhaustif et exigeant que le GHG protocol, qui lui donne des consignes plus précises sur la comptabilisation des émissions indirectes (scope 3). 

Quelques exemples de différences entre les deux méthodes. 

Tableau de comparaison de deux méthodes de comptabilité d'émissions GES. Comparaison complète sur la page 30 de ce document, réalisé par l’Association Bilan Carbone


Finalement, quels sont les pour et contre ? 

  • Le Bilan Carbone est davantage connu et utilisé en France que son homologue international.
  • Le plan d’action et sa concrétisation sont largement facilités par les outils fournis par l’ADEME (calcul des coûts et ressources nécessaires par exemple). 
  • Le GHG Protocol, lui, donne des règles de calcul plus précises que le Bilan Carbone, notamment sur le nerf de la guerre pour de nombreuses entreprises : le scope 3.
  • Le Bilan Carbone préconise de n’exclure aucune activité de l’entreprise du périmètre d’étude. Cependant, en pratique, il est possible de le faire… Comme dans le GHG Protocol.

3.3 Quid de la norme ISO 14064 ?

La norme ISO 14064 s’appuie directement sur le protocole GHG. Elle normalise la quantification des émissions carbone et la rédaction de rapports de déclaration. 

Par ailleurs, elle impose la vérification par une tierce partie - élément facultatif dans le Bilan Carbone de l’ADEME et le protocole international. 

3.4 Quelle méthode de calcul d’émissions choisir ? 

Alors comment choisir entre ces trois référentiels pour mesurer l’impact environnemental d’une entreprise ?

Le Bilan Carbone et le GHG Protocol sont en pratique très proches. La norme ISO est similaire, puisqu’elle s’appuie sur le GHG Protocol.

La précision des résultats dépend avant tout de l’expertise de la personne accompagnant la mesure et de l’outil utilisé pour réaliser les calculs.

👉 Choisir entre ces trois méthodes de comptabilité carbone dépend finalement des besoins de l’entreprise et de l’utilisation prévue des résultats, aussi bien en interne qu’en externe.


Chez Sami, nous accompagnons nos clients dans leur choix en fonction de leurs besoins. Bon à savoir : notre plateforme s’adapte indifféremment aux trois référentiels ! Alors, on se lance dans votre plan d'action climat ?


Sources : 


Articles recommandés pour vous
Neutralité carbone
August 18, 2022
Décarbonation ou décarbonisation : définition et conseils
Décarbonation ou décarbonisation : de quoi parle-t-on ? Par où commencer sa démarche de réduction des émissions de CO2 ? Nos réponses
RSE
July 30, 2022
Développement durable en entreprise : ça ne suffit plus
Qu’est-ce que le développement durable en entreprise ? Que dit la loi ? Par où commencer ? Décryptage, exemples d’actions et méthodo !
Neutralité carbone
June 28, 2022
Net Zero Initiative: Les 10 principes de votre stratégie climat
Comment savoir si la stratégie climat de votre entreprise est ambitieuse ? Suivez ces 10 principes portés par les professionnels du changement climatique